Varg Veum - Bitre blomster

V
Ulrik Imtiaz Rolfsen

Varg Veum - Bitre blomster

Crime, policier, thriller – Norvège (2007)

Une fillette a disparu. Après quatre jours de recherches policières infructueuses, sa mère - femme politique d'importance à Bergen - demande à Varg Veum de se mettre à la recherche... de son amant, introuvable depuis la même période. Ce dernier, cadre dans une usine de plastique proche, est empoisonné au cyanure d'hydrogène par des hommes mystérieux et finalement retrouvé mort par Varg, qui soupçonne que assassinat et disparition sont liés.

Si vous êtes lecteur des chroniques littéraires du Vent sombre, vous devez savoir en quelle estime je tiens l'œuvre de Gunnar Staalesen et l'intérêt que je porte à son drôle d'enquêteur. Tirée d'un roman de 1991 non encore traduit en France, Varg Veum - Bitre Blomster est donc la première incarnation cinématographique du détective bergenois. Plusieurs adaptations sont prévues, l'une étant actuellement à l'écran en Norvège (Falne engler c'est-à-dire le roman que nous connaissons comme Anges déchus), les autres étant destinées directement au marché vidéo (ou télé ?).

Le Varg Veum des romans est un être fracassé, pauvre, solitaire, proche parfois de ce déclassement dont il est le témoin dans les rues de Bergen. Il a gardé de son ancien métier de travailleur social une profonde compassion pour les êtres qu'il rencontre au cours de ses enquêtes, principalement pour les plus jeunes, souvent délaissés par un monde adulte indifférent.

Il n'y a aucun misérabilisme dans l'écriture de Staalesen parce que Varg Veum est un personnage qui peut se révéler très drôle et qui entretient avec son environnement une relation à la fois lucide et poétique. Bergen, les montagnes qui la cernent, les gens qui la peuplent et la bouteille d'aquavit de son bureau sont les complices omniprésents de ses introspections et de ses réflexions. Staalesen comme Varg sont des êtres d'ici et pas d'ailleurs [1], créateur comme créature tirent leur profonde humanité d'un passé pas si lointain, moral, solidaire, qu'une modernité rapide et individualiste semble avoir balayé de Bergen. Dépouillée de cette inscription dans le lieu et dans l'histoire et/ou privée de son importante dimension humaine, l'œuvre policière de Staalesen devient beaucoup plus conventionnelle : c'était plutôt le cas des romans Le loup dans la bergerie et Brebis galeuses et peut-être est-ce aussi celui de ce Bitre Blomster adapté aujourd'hui.

Dents blanches, 4x4 flambant neuf, téléphone cellulaire, sobre, le Varg Veum du film n'a pas échappé à un double mouvement : celui de la modernisation de son image – l'histoire se passe de nos jours –, et son extrême banalisation. Nous voici face à un privé tout à fait ordinaire, plutôt produit de consommation courante, comme les sociétés de production en pondent par dizaines chaque année. Disparue la ville (passée la séquence d'ouverture du film qui nous fait découvrir Bergen par les airs) et la vie, il n'y a plus qu'une enquête qui se déroule assez mollement avec, pour tenter de situer malgré tout le personnage dans sa marginalité, une opposition convenue de Varg avec la police officielle (qui n'a non plus jamais rien apporté aux romans quand elle existait). Alors oui, bien sûr, l'histoire tourne petitement autour de l'hypocrisie de la bourgeoisie bergenoise et de ce goût du profit qui amène ces méchants industriels à tuer, y compris des fillettes. Et après ?

Un film dispensable.

Voir ma chronique du roman paru par la suite : Fleurs amères

Chroniqué par Philippe Cottet le 06/07/2008



Notes :

[1] Au point que le premier intégrera la biographie du second dans la fresque historique qu'il consacre à la ville : Le roman de Bergen, 6 volumes édités par Gaïa.

Illustration tirée du film : Varg Veum et une prostituée

Musique écoutée pendant l'écriture de cette chronique : Symphonie n°6 & Terrains Vagues de Per Nørgård, sur galette Chandos.

Titre français : inédit en France

Production : Film Fund FUZZ & Miso Film
Réalisation : Ulrik Imtiaz Rolfsen

Adaptation : Thomas Moldestad d'après le roman de Gunnar Staalesen

Avec : Trond Espen Seim (Varg Veum) - Bjørn Floberg (Hamre) - Kathrine Fagerland (Anna Keilhaug)

Durée : 1h30mn
Couleur
DVD norvégien sous-titré anglais