La java des loquedus

L
Jay Cronley

La java des loquedus

États-Unis (1981) – Série Noire Gallimard (1982)


Traduction de F.M. Watkins

Un clown pénètre dans une banque, en plein milieu de New York City, sous le regard amusé du garde et du personnel.

Quand vous barbotez 800 000 dollars au nez et à la barbe d’une centaine de flics cernant la banque que vous braquez, ne leur laissant que leurs yeux pour pleurer, vous n’êtes pas loin de penser que le plus dur a été fait et qu’il s’agit du hold-up le plus génial de tous les temps.

Pour y arriver, Grimm a répété semaine après semaine sous la férule de la maniaque et narcissique Phyllis, traquant le moindre détail, anticipant les plus subtils accrocs afin d’atteindre à ce chef d’œuvre.

Sauf qu’ils n’avaient pas prévu que Larbin raterait la voie express et les perdrait dans des quartiers louches où il valait mieux ne pas faire caler la voiture… que des flics de la route ont failli arrêter parce qu’ils ne roulaient pas assez vite… qu’il a fallu garer à la diable devant une bouche d’incendie le temps de récupérer leurs affaires avant de fuir en Europe… pendant que le feu se répandait dans les étages de l’immeuble d’en face, obligeant les pompiers à déplacer de façon rugueuse le véhicule… alors qu’un ancien partenaire de Grimm qui les attendait dans l’appartement les faisait chanter pour rafler un peu d’oseille du braquage… après avoir détruit la porte dont le gérant exigeait le remboursement immédiat… tandis qu’un officier de police leur dressait un procès-verbal pour stationnement gênant…

On l’aura compris, dans La java des loquedus, Jay Cronley fait subir avec une jubilation sadique les pires tourments à son équipe de voleurs, les amenant plusieurs fois au bord du gouffre durant les deux heures qui les séparent de leur départ en avion pour le vieux continent et les sauvant in extremis, pour une nouvelle cascade de pépins avec lesquels ils doivent composer.

C’est un humour évidemment énorme, très proche de celui du film Airplane ! d’ailleurs cité et qui avait fait un carton dans le monde entier l'année précédente. Plus les effets sont gros et venant de nulle part et plus le lecteur rigole. Nous ne sommes pas loin non plus de la série des Dortmunder, sauf que La java des loquedus montre un hold-up réussi et une fuite compromise, alors que le cambrioleur malchanceux de Westlake accumule souvent les déconvenues avant et pendant l’opération.

Le crime paiera-t-il ? La java des loquedus s’autorise plusieurs pirouettes finales qui ne rendent pas évidente la réponse. Peut-être un jour…

Le roman a été adapté deux fois au cinéma. D'abord en 1985 par Alexandre Arcady, avec Jean-Paul Belmondo dans le rôle de Grimm et Kim Catrall dans celui de Lise (Phyllis). Puis par Bill Murray en 1990, avec lui dans le rôle de Grimm, Geena Davis dans celui de Phyllis et Randy Quaid dans celui de Loomis (Larbin)

Chroniqué par Philippe Cottet le 17/02/2015



Illustrations de cette page : Clown

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Fleur carnivore de Carla Bley (WATT - 1989)