Le cercle des douze

L
Pablo De Santis

Le cercle des douze

Argentine (2007) – Métailié (2009)

Titre original : El enigma de París
Traduit de l'espagnol par René Solis

Le cercle des douze, qui réunit les plus grands détectives du monde, a décidé de participer à l'Exposition Universelle qui se tient à Paris en 1889. L'un de ses fondateurs, l'Argentin Craig, qui est le seul à ne jamais avoir eu d'assistant, décide d'ouvrir à Buenos Aires, quelques mois auparavant, une Académie destinée à transmettre son savoir. Après la mort de son meilleur élève tué par un homme qu'il cherchait à confondre, Craig plonge dans une étrange dépression et, peu à peu, seul reste auprès de lui Salvatrio, l'humble fils d'un cordonnier. Le Détective de Buenos Aires fait de lui son assistant et l'envoie à sa place à Paris participer aux travaux du Cercle.

Le cercle des douze est un récit criminel complexe, intelligent, profond, très bien écrit (traduction de René Solis), donc le livre idéal pour bien entamer cette rentrée littéraire.

Le cercle des douze - Chantier de l'expoSous l'apparence d'un roman à énigme au charme suranné, flirtant parfois avec le fantastique, mettant en scène des détectives tout droit sortis des grands feuilletons du XIXe siècle [1], dans le décor et l'ambiance particulière d'une communauté humaine auto-célébrant sa puissance et son orgueil sans limites, Pablo de Santis nous entretient aussi de philosophie, de morale, de valeurs et, au final, retrouve le cortège des passions humaines, créatrices et meurtrières.

Savoirs et rapports à la vérité, honneur et fidélité, effacement de la transcendance divine devant l'omnipotence annoncée de la science, tout ce qui semble devoir être bousculé demain par cette modernité que l'on célèbre sur les rives de la Seine – à l'ombre de cette tour de fer symbole des nouveaux temps, que l'on disait provisoire et qui est toujours là – se retrouve élégamment enchâssé dans ce parcours initiatique (professionnel, moral, amoureux) qu'est aussi, pour Salvatrio, toute cette aventure.

La haine, l'envie, la jalousie sont tout le temps présentes dans les pages du roman, parfois dissimulées aux yeux des hommes sous les apparences trompeuses d'une noble vertu. Salvatrio en fait l'expérience, dès les premiers pas à l'Académie, dans la rivalité impossible qui oppose tous les étudiants à Alacórn. L'orgueil complice de la haine, il le retrouve chez Craig, le premier à franchir la limite dans son opposition mimétique au mage Kalidán, qu'il ne peut confondre.

Même le Cercle des douze ne semble pas à l'abri. Sigmundo Salvatrio ne connait de l'Institution que la version magnifiée par le journal portègne dont il nourrit ses rêves depuis son enfance. Ces détectives qui se disent eux-mêmes avant tout philosophes, il les retrouve par instants, comme quand ils tentent de définir la nature de leur travail et le rapport qu'ils entretiennent à la vérité, dans le salon de l'hôtel de Numance. Mais ils sont, au fond, les pires des rivaux et leur volonté de résoudre l'énigme de Paris peut abriter le plus noir de tous leurs mensonges.

Le fils du cordonnier, qui ne devint assistant qu'en récompense de sa fidélité, à ses rêves comme à son maître, découvrira la vérité et précipitera l'effondrement de ce monde qui semble désormais ne plus pouvoir s'accommoder de cette dernière. Sans jamais ennuyer, Le cercle des douze – roman érudit et poétique –, reste passionnant dans ses moindres détails. L'affection avec laquelle de Santis parle de Paris rappelle les liens mystérieux qui unissent celui-ci à Buenos Aires. Le passage Güemès ne donne-t-il pas, depuis toujours, dans la galerie Vivienne [2] ? Un régal.

Chroniqué par Philippe Cottet le 20/07/2009



Notes :
[1] Ou, pourquoi pas, de l'œuvre de Jean Ray.

[2] Julio Cortázar, L'autre ciel in Tous les feux le feu, Gallimard - 1966

strong>Illustration de cette page : Le chantier de l'Exposition universelle de Paris de 1889

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Lohengrin de Richard Wagner, Wiener Philarmoniker sous la direction de Claudio Abbado, galette DG de 1994