Aubergiste, tu seras pendu

A
Doris Gercke

Aubergiste, tu seras pendu

Allemagne (1988) – Rivages (2004)


Un bourg rural, à quelques kilomètres de la frontière avec la RDA, à quelques mois de la chute du Mur. Une femme inconnue y est violée. Par la suite, une lettre anonyme évoque deux suicides qui n'en seraient pas vraiment. L'inspectrice Bella Block, de la criminelle de Hambourg, est chargée de l'enquête.

Il m'arrive rarement d'abandonner des livres en cours de lecture et cela a bien failli être le cas avec cet Aubergiste, tu seras pendu. Bouclant sur lui-même, ce très court roman propose une gercke doris histoire d'apparence totalement ennuyeuse. A tel point qu'il semble même n'y avoir aucune histoire, seulement la description d'un village envahi en permanence par l'odeur de porc, peuplé de gens méchants, égoïstes, mesquins, où ceux qui ne sont pas des taiseux colportent des ragots et où tous finissent par déverser leur haine de soi sur une folle sans âge.

Mais le crime initial qui ouvre et ferme le roman était bien dû à la bêtise et à l'abjection humaine et c'est à celles-ci que doivent donc se frotter la policière et le lecteur. Cette femme coquette, intelligente, sûre d'elle-même dans son milieu urbain et même légèrement frivole, va perdre ici toutes ses illusions et un grand nombre de ses repères, notamment moraux. C'est cette lente dégradation que nous suivons ici.

Tout doucement, dans ce moyen-âge à quelques kilomètres du XXIème siècle, Doris Gercke amène son héroïne à faire un choix entre la peste (laisser la vengeance aller à son terme) et le choléra (punir une victime) qui est aussi celui de son avenir. La détective privée Bella Block va naître de cette fange humaine, au départ insoupçonnée, et de ce constat que la Justice qu'elle devrait servir en tant que flic n'est pas forcément juste. Au final, Aubergiste, tu seras pendu est un livre plutôt efficace mais apparemment sans postérité en France...

Chroniqué par Philippe Cottet le 11/05/2008



Illustration de cette page : Truie

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Missa Brevis de Zoltán Kodály, gravée en 2006 sur galette Glossa.