Les chiens de Belfast

L
Sam Millar

Les chiens de Belfast

Irlande (2008) – Seuil (2014)


Traduction de Patrick Raynal

À Belfast, le détective privé Karl Kane est chargé par un client de recueillir des informations sur l'assassinat d'un homme qu'on a vu pour la dernière fois, dans un pub, en compagnie d'une femme blonde. Sans le savoir, il vient d'entrer dans un tourbillon de morts violentes qui le forcera à faire un choix qu'en d'autres circonstances il avait refusé.

L'éprouvante introduction des Chiens de Belfast, située à l'été 1978, ne laisse que peu de place au doute quant aux nombreux cadavres qui vont venir ensuite peupler ce premier volet d'une trilogie annoncée. Il s'agit d'une vengeance, mais menée par qui ?

Avant de le dévoiler, Sam Millar occupe plutôt efficacement le lecteur avec des scènes de torture, des mises à jour macabres, une séance de dépeçage de sanglier qui devrait plaire à un certain blogueur, alternant avec la découverte de ce détective bancal, picoleur, d'autant plus insolent avec la police que son ancien beau-frère y est enquêteur (sans doute DCI) et très au courant des éléments importants des affaires, le médecin légiste étant un ami d'enfance. Bien sûr, Kane a une blessure secrète que le dispositif stylistique sommaire et brutal des Chiens de Belfast permet d'identifier aisément.

Tout ceci, à base de chapitres courts, se lit rapidement. On appréciera ou non les problèmes d'hémorroïdes de Kane, sa façon de narguer les autorités, ses relations de couple avec une amante/secrétaire beaucoup plus jeune qu'il pense ne pas mériter... Je n'ai pas trouvé là-dedans l'humour noir que promet la quatrième de couverture, juste les prémisses plutôt lourdingues d'une énième histoire de détective “ marginal ” dans un monde violent où la corruption montre son nez dans les dernières pages.

Sans doute en saurons-nous plus avec la suite des Chiens de Belfast. En attendant, cette entrée en matière est plutôt ordinaire, loin de la qualité du premier roman de Sam Millar (en librairie le 6 janvier 2014).

Chroniqué par Philippe Cottet le 21/12/2013



Illustration de cette page : L'Albert Clock Tower de Belfast

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Surely du Makiko Hirabayashi Trio (2013 - ENJA) – Saturday Morning d'Ahmad Jamal (2013 - JV)