Suite rouge

S
François Boulay

Suite rouge

France (2011) – Télémaque (2011)


Quinze ans après avoir supprimé un camarade qui avait guidé son adolescence sur une voie criminelle, un homme repenti, père de deux fillettes, voir resurgir une menace mortelle. Le génie du mal est-il vraiment mort ?

Alors que j'étais entré assez facilement dans Traces, le précédent roman de Boulay dont je gardais un assez bon souvenir, je suis resté à la porte de cette Suite rouge, totalement imperméable à tout ce qui s'y passait.

Plutôt embêtant s'agissant d'un thriller d'épouvante parce qu'il n'y a alors rien d'autre à se mettre sous la dent. Dès lors, mon attention a été accaparée par tous les défauts d'écriture, les ficelles (les câbles ?), les effets faciles et grotesques accompagnant la venue de ce énième génie du crime, au lieu de l'angoisse espérée. Je n'avais pourtant pas mégoté sur l'environnement de lecture : couette (pour frissonner dessous...), nounours à la guimauve pour retarder le moment où je devrais ronger mes ongles de terreur, soda gazeux pour accentuer les maux d'estomac que ne manqueraient pas de me donner cette menace qui plane et cette vengeance qui rôde.

Rien n'y fit donc. Roman plutôt court, cette Suite rouge pèse des tonnes, accumulant en une longue préparation pour l'horrifique, grandiloquent et improbable final, des pages sans intérêt. Même pas peur...(en librairie le 7 avril 2011)

Chroniqué par Philippe Cottet le 28/03/2011



Illustration de cette page : Compagnons d'épouvante (pas de survivants)