Traces

T
François Boulay

Traces

France (2007) – Télémaque (2009)


Elvire, jeune universitaire italienne de retour au pays croise la route de Lorenz, charmeur et dilettante, qui devient son amant, qui devient son mari, qui devient son cauchemar (prix des lecteurs Quais du Polar 2007).

Traces procède par une lente régression temporelle jusqu'aux origines du Mal qu'il décrit. François Boulay n'hésite pas non plus à imbriquer les époques, à revenir sur ses pas, à échanger les narrateurs pour nous faire découvrir, presque en même temps que les protagonistes, la terreur qui s'empare d'eux, à commencer par la malheureuse Elvire.

Une fois familiarisé avec ce dispositif d'écriture non linéaire, le lecteur en découvre les subtilités et l'efficacité, les différentes révélations sur la nature et le projet démentiel de Lorenz accroissant, page après page, son propre inconfort face au personnage. Habilement dissimulé derrière son sourire et le fracas de ces années de plomb qui étourdissent et aveuglent la péninsule, le prédateur n'apparait que très peu mais est omniprésent dans les rêves, les jours, les angoisses de ses proches. Nous atteignons le paroxysme de l'étouffement dans la scène nocturne qui voit Elvire fouiller sa maison à la recherche de ses enfants avant de basculer « dans un autre monde ».

Quand la journaliste Cynthia devient narratrice et apporte à Elvire des éléments de réponse sur le comportement de son mari, sur le rôle de ses fréquentes absences, sur la comédie de ses hospitalisations psychiatriques, le livre peut alors prendre une autre dimension, plus policière. Car Cynthia, qui a croisé le monstre, réussit à remonter toujours plus loin dans son histoire, dans d'autres lieux, dans d'autres feux. Elle sera là, encore, lorsque le balancier du temps nous ramènera vers le présent, vers la permanence du Mal.

Jusqu'à l'ultime page de Traces, nous tombons dans chacun des pièges tendus par François Boulay avec d'autant plus de facilité que son écriture très efficace est le premier d'entre-eux.

Chroniqué par Philippe Cottet le 25/05/2009



Illustration de cette page : Paysage de Toscane

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note :
Œuvres pour piano et violoncelle de Bohuslav Martinů (1999 chez Naxos).