T... comme Traîtrise

T
Sue Grafton

T... comme Traîtrise

États-Unis (2007) – Seuil (2009)

Titre original : "T" is for Trespass
Traduit par Marie-France de Paloméra

En compagnie de son ami et sémillant propriétaire, l'octogénaire Henry Pitts, la détective Kinsey Millhone découvre leur voisin, Gus, un acariâtre vieillard de presque 90 ans, blessé, l'épaule démise. A la sortie de l'hôpital, son état réclamera une attention de tous les instants ce qui pousse Kinsey à prendre contact avec sa petite-nièce, Melanie. Cette dernière travaillant sur la côte Est, ne peut qu'engager une infirmière pour s'occuper du vieillard. Le cauchemar commence...

Toute la force de T... comme Traîtrise est d'être situé dans un quotidien qui – mis à part le fait que l'action se déroule en Californie – pourrait être le nôtre. Les affaires dont s'occupent professionnellement Kinsey Millhone sont d'une banalité affligeante, un accident de voiture (l'affaire Fredrikson) ou des loyers impayés (avec les Guffey). Même le cas de Gus, grand vieillard sans famille proche pour prendre soin de lui, nous semble familier.

T... comme traîtrise - Ford L'écriture de Sue Grafton transcrit parfaitement cette banalité trompeuse. Afin d'anticiper un éventuel découragement de son lecteur, elle a quand même la bonne idée de lui laisser entendre, par de courts chapitres insérés dans son récit principal, la nature profondément tordue de celle qui se fait appeler Solana.

Peu à peu, l'idyllique tableau ensoleillé de Santa Teresa va se noircir, et pas seulement parce que l'infirmière est une dingue envieuse et peut-être meurtrière. La petite cité californienne recèle son lot de mesquinerie, méchanceté, bêtise, agressivité qui, rapidement, nous installe dans un malaise crédible, celui de la violence des honnêtes gens où qui se voient tels. Des dissimulateurs, des hypocrites, des tricheurs qui entendent profiter du système, une fonctionnaire stupide et suffisante, un propriétaire cynique, des locataires vengeurs et égoïstes, voilà le quotidien de Kinsey Millhone. Même Melwin Downs, le témoin de l'accident des Fredrikson pour lequel la compassionnelle détective éprouve un début de sympathie, n'est pas celui qu'il semble être.

Dès lors, Solana Rojas apparaît comme une fleur particulière, un stade avancé de l'individualisme et de l'envie, poussant sur le terreau fertile de cette ignominie ordinaire cachée sous les apparences. Une fleur au parfum tenace, nauséabond, mortel qui imprègne peu à peu les pages, les jours, la vie de ce petit coin de Californie. Jusqu'au final, cauchemardesque s'agissant de Tiny, grandiloquent et frapadingue en ce qui concerne Solana.

Avec T... comme Traîtrise, Sue Grafton signe un polar qui atteint efficacement le but qu'il s'était fixé, être une lecture divertissante pour un bel après-midi d'été.

Chroniqué par Philippe Cottet le 13/06/2009



Illustration de cette page : Ford Mustang Boss 429

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Symphonies n° 1 et n° 2 de Bohuslav Martinů, Royal Scottish sous la direction de Bryden Thomson (galette Chandos de 1995)