Terminus Mon Ange

T
Lilian Bathelot

Terminus Mon Ange

France (2014) – La manufacture de livres (2014)


Dans un compartiment de train, un homme, une femme, et ce qu’il advint...

La quatrième de couverture nous apprend que Lilian Bathelot est écrivain et cinéaste et c’est à cette exacte confluence que se situe Terminus mon ange.

Le flot des pensées de l’homme coule via une écriture très travaillée, faite d’images, de comparaisons et de coq-à-l’âne poétiques où le sublime frôle l’ordinaire voire le trivial, et le temps suspendu l’urgence. Des plans courts montés nerveusement et un grand sens du cadre composent des miniatures très visuelles, claires et lucides le temps de la séduction, brouillées, hâtives avec le doute et la montée de l’angoisse jusqu'au basculement, l’acceptation de cet écrasant destin, la fin de la fuite. Il y a quelque chose du Jour se lève dans ce Terminus mon ange, et cent dix-huit pages d'une grâce certaine... En dire plus serait trahir, autant l'œuvre que le lecteur.

Une histoire de vies, de souffles et de frôlements, et l’amour comme ultime horizon pour toute cette noirceur, juste avant la mort.

Chroniqué par Philippe Cottet le 01/04/2014



Illustration de cette page : Rails

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : I penitenti al sepolcro del redentore de Jan Zelenka (Supraphon - 1995)